Gerard Filoche: les retraites …

Intervention de Gérard Filoche lors du débat organisé le 8 Avril par la section PS de Saint-Denis.

Très interessant dans le lien avec la santé et pour expliciter les statistiques d’esperence de vie.

Share

Mélenchon rencontre des blogueurs (janvier 2010)

A l’initiative de Jacques Rosselin de Vendredi.info, plusieurs blogueurs (Laure, Ronald, RichardTrois, David Doucet, Seb Musset, Vogelsong et Dedalus ) ont rencontré Jean-Luc Mélenchon.

Share

J.-L. Mélenchon vs M. Touati, Arrêt sur images, le 30 avril 2010

Débat entre Touati et Mélenchon sur Arrêt sur images, le 30 avril 2010. Il y est surtout question de la Grèce, de la dette, des retraites, …

Share

Mélenchon sur France Culture (23 janvier 2010).

Mélenchon sur France Culture (23 janvier 2010).

Share

Université populaire de désir d’avenir sur le travail

Cette université populaire est remarquable dans son organisation, par la diversité des regards mis en jeux et le diagnostique qu’elle pose. Je m’intéroge tout de même sur les réponse apporté. Le double rapport de force politique et syndicale s’est décomposé face à la liberté des flux financier et la restructuration des entreprises qui se pensaient avant comme des organisations productives (ayant pour but le profit) et qui se pensent maintenant  comme des noeuds de contrats et de breuvets, sous-traitant la production. Le rapport de force sur le capital ne peut plus s’exercer (il est mobile) et le rapport de force du travail est éclaté dans un grand nombre de petites entreprises sous-traitantes.

Il s’agit donc, il me semble, d’un problème structurel, qu’il faut donc traiter à ce niveau.

 

L’introduction par Ségolène Royal :

 

 

L’intervention d’Hélène Cixous, écrivain et philisophe :

 

L’intervention de Paul Moreira, journaliste et auteur du livre « Travailler à en mourir » :


Les interventions de Dominique Duval & Guy Eyermann, salariés de l’entreprise Fabris (Chatellerault) :

L’intervention d’Yvan du Roy, journaliste, auteur du livre « Orange Stressée » :

L’intervention d’Yves Perrot, chef d’Entreprise, Président du Centre des Jeunes Dirigeants Paris (CJD):

 

L’intervention d’Anna Sam, caissière de super-marché, auteur de « Les tribulations d’une caissière » :

L’intervention de Michel Gollac, sociologue du travail, Centre de recherche en économie et statistique (CREST) :

Les interventions du public  :
La conclusion et le résumé des propositions par Gaëtan Gorce, deputé de la Nièvre :

François Hollande, social démocrate décomplexé…

François Hollande, à France inter. Rappelons que son think tank propose dee s’inspirer du système éducatif américain…

« Est-ce que c’est normal que cela soit là encore les classes moyennes et les classes populaires qui payent les études…

-faire payer les plus riches?

-Non! Cela veut dire que celui qui a été dans l’université, il a une dette à l’égard de la société… »


Voir la vidéo à partir de 11min15. On peut noter aussi qu’un peu avant, il affirme son attachement au principe de la concurence, à l’Europe de la concurence, et qu’il centre son propos sur la dette…

Autrement dis, sa rénovation idéologique se fait dans l’affirmation du cadre néolibéral au sens le plus classique du terme, avec un peu de social par dessus: il est donc  (social)-démocrate…

Pour creuser un peu ce qu’il y a derrière cette idée, vous pouvez consulter ce post (edit: je remet la vidéo ci dessous) et regarder la vidéo à partir de la minute 54 et conclure: on n’a même pas besoin de Sarkozy lorsque l’on a François Hollande …

(vous pouvez en profiter pour regarder l’intégralité de la vidéo, car elle le vaut bien.)

Vous pouvez consulter aussi ce post (un peu ancien) de Jean-Luc Mélenchon sur le sujet de l’université, et c’est en effet ici, à mon sens qu’il y a une démarcation idéologique forte: ceux qui sont pour le principe de l’autonomie financière des universités et donc pour un marché de la connaissance, et donc aussi pour considérer in fine l’étudiant comme un client (qui a alors une dette et doit payer le prestataire de service concerné), et ceux qui considérent que le savoir est un domaine qui a sa propre logique (autonome, notamment des intérêts de l’entreprise) et qui n’est pas la même que celle du monde financier (rentabilité, profit, capital humain, …).

Lienemann à @si

Marie Noëlle Lienemann à arrêt sur image, sur Hénin-Beaumont. Ici on peut voir la paralysie que peut rencontrer le PS de par les rapports de forces internes au parti.